Découverte de la flore sur la dune de la Guittière

Mardi dernier j’ai participé à une sortie “Découverte de la flore de la Dune de la Guittière” organisée par les Sentinelles de l’Estuaire. Le temps était assez variable avec des passages nuageux, du vent assez fort et quelques gouttes mais cela ne nous a pas empêché de trouver et d’identifier avec l’aide des jeunes étudiants de beaux spécimens de la flore de cette dune. La diversité et la beauté de ces plantes méritaient quelques photos que voici.

Une Grande Mauve aux cinq pétales que l’on rencontre fréquemment dans les terrains sauvages.Grande mauveMillepertuis perforé ou Herbe à mille trous. Cette plante aux vertus médicinales a des feuilles qui semblent perforées de nombreux petits trous qui sont en réalité des petites glandes remplies d’huile.Millepertuis perforéMillepertuis perforéL’Orchis bouc est donc une orchidée. Elle doit son nom à l’odeur de bouc qu’elle dégage à sa floraison, mais c’est plus pour attirer les insectes que les chèvres… Elle peut atteindre 1 mètre de haut. Si son feuillage n’est pas très beau son inflorescence cylindrique est magnifique. Elle est composée de fleurs verdâtres bordées de pourpre formant des casques prolongées par un long labelle  s’enroulant sur 5 à 6 cm.Orchis boucOrchis boucOn rencontre aussi des Orobanches améthystes. Ce sont des plantes parasites dépourvues de chlorophylle et qui se développent sur les racines d’une plante hôte en l’occurrence ici le Panicaut d’où son autre nom: Orobanche du panicaut.Orobanches améthystesOrobanches améthystesUne autre orchidée que l’on peut voir dans la dune, il s’agit de l’Orchis pyramidale avec ses belles fleurs pourpres.Orchis pyramidaleOrchis pyramidaleLa Cynoglosse officinale ou langue de chien appartient à la famille des bourraches. Ces fruits possèdent des petits crochets leurs permettant de s’accrocher à la fourrure des animaux pour être dispersés.Cynoglosse officinaleCynoglosse officinaleLa Queue-de-lièvre est une herbe poussant sur nos dunes et zones sablonneuses. Facilement reconnaissable à sa fleur en petit toupet  lui donnant son nom.Queue-de-lièvreLa Vipérine fait partie aussi de la famille des bourraches, reconnaissable à ses petites fleurs allant du rose au bleu vif avec des étamines très saillantes.VipérineVipérineLa Centaurée rude (Centaurea aspera ) qui ressemble à la Centaurée noire se différencie par ses bractées pourvues d’épines.Centaurée rudeCentaurée rudeLe Sedum acre se trouve en touffe sur la dune grise. Très reconnaissable avec ses petites fleurs jaunes.Sedum acreLe Pavot cornu ou Pavot jaune des sables est une grande plante à fleurs jaunes ayant l’aspect chiffonné.  Ces fruits ressemblent à des tiges.Pavot cornuPavot cornuLe Lotier corniculé est une plante basse aux fleurs allant du jaune à l’orange.Lotier CorniculéL’Herbe à Robert est un géranium aux feuilles très découpées  et avec de petites fleurs roses violacées.Herbe à RobertLe Liseron des dunes ou Liseron de mer est une plante rampante reconnaissable à ses grandes fleurs roses violacées striées de blancs.Liseron des dunesL’Œillet de France ou Œillet des dunes se rencontre aussi sur la dune de la Guittière. Ces fleurs mauves ont des pétales dentées.Œillet de France ou Œillet des dunesL’Iris fétide se trouve aussi dans cet environnement. Il a des fleurs pourpres qui brunissent rapidement. A l’automne ses fruits s’ouvrent faisant apparaître de belles graines rouges orangées.Iris fétideEn regardant de plus près les fleurs on peut faire de belles rencontres comme cette Zygène de la filipendule.Zygène de la filipenduleOu cette belle chenille de papillon. Du quel ? Je dirais d’un Sphynx sans plus de précision. Si vous la reconnaissez n’hésitez pas  à écrire un commentaire.chenille de papillonProchaine sortie: Découverte des libellules et demoiselles. J’essaierai de vous ramener quelques images mais il faudra être rapide…

Recul de la dune du Veillon

Durant le fort coup de vent du 11 janvier dernier la dune du Veillon à Talmont Saint Hilaire (Vendée) a encore reculé. Voici une vidéo montrant les vagues à l’assaut de la dune et le résultat le lendemain.

J’ai ajouté en fin de vidéo des images satellite “Google Earth” de 2010 à 2014, une estimation de la situation actuelle et une hypothèse à fin 2017.

Je ne suis pas géologue mais à la vitesse ou la dune dégraisse je pense qu’à fin 2017 elle sera réduite à peau de chagrin. J’imagine même que le chenal du Payré, qui actuellement refait un coude vers la côte jardaise, passera tout droit ou presque pour se jeter dans l’océan. Et quand il n’y aura plus de dune les vagues rentreront encore plus fortement dans le Havre du Payré et s’attaqueront alors à la dune de sable se trouvant au lieu-dit des “3 ch’nous”, et le Port de la Guittière sera encore moins protégé.

Ce n’est qu’une hypothèse  mais soit dit en passant mon hypothèse me semble aussi valable que les “sérieuses” hypothèses  que je lis dans le Plan de Prévention des Risques Naturels Prévisibles Littoraux du Pays Talmondais. En effet ce plan, qui n’a même pas de cartes à jour pour la situation actuelle, prévoit une hypothèse pour 2100 d’une brèche dans la flèche du Veillon (Page 4, réf. 26 du document RAP_PPR-PaysTalmondais_NotePresentation_Annexe6 ). A mon avis ce n’est pas une brèche qu’il voit y avoir, c’est la disparition complète de la flèche (ou dune) et bien avant 2100 !

Mais bon ce sont des experts qui ont rédigé ce plan, et je n’en suis pas un…

Après ce long discours voici ma vidéo

Vue aérienne du Veillon

En complément de mon article sur le recul de la dune du Veillon à Talmont Saint Hilaire je ne résiste pas au plaisir de vous diffuser 2 nouvelles photos aériennes prises cette semaine à marée basse par mon ami François Gaulier. Comme vous le constaterez l’ancien méandre du Payré longeant les falaises de la pointe de Jard s’ensable.

(N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir)

Le Veillon par François GaulierLe Veillon par François Gaulier

La dune du Veillon recule

La dune du Veillon perdait de sa flèche depuis quelque temps mais la tempête Christine de la semaine dernière lui a porté un rude coup. Le recul est tel que l’un des enrochements qui se trouvait côté chenal se retrouve maintenant au milieu de la plage et un nouveau passage des eaux du Payré s’est formé.

Pour vous rendre compte de ce recul vous trouverez ci-dessous trois photos prises à peu près au même endroit. La première date de 2003, la deuxième a été prise durant la tempête Christine le  3 mars et la dernière aujourd’hui 9 mars.

La dune du Veillon en 2003La dune du Veillon le 3 mars 2014La dune du Veillon le 9 mars 2014

Dégraissage de la dune du Veillon

Chaque grande marée accompagnée d’une forte houle attaque la dune du Veillon. Ce dégraissage, c’est le mot utilisé par les ingénieurs, étonne les promeneurs et inquiète beaucoup. Chacun a son explication: l’érosion due au vent et au piétinement répété des promeneurs sur la dune (malgré les panneaux interdisant son accès), l’extraction du sable au large, la construction de Port Bourgenay qui aurait déréglé les courants, etc… Conjonction de tout cela ? Qu’elle que soit la ou les explications je remarque que les chevaux de frise posés par les troupes allemandes réapparaissent de plus en plus. Et la hauteur de ces tétraèdes de béton (environ 2m) montre que l’estran était donc bien bas il y a 70 ans. D’autre part la dune du Veillon n’est pas venue toute naturellement mais aidée par l’homme au XIXième siècle. L’animation en fin de cet article vous montre une carte IGN d’aujourd’hui et la carte cadastrale de Talmont établie en 1828. Vous verrez sur cette dernière carte que la dune n’existait pas.

Que les futurs touristes ne s inquiètent pas, la plage du Veillon est très grande et ils y trouveront toujours du beau sable et suffisamment de place pour toutes les activités de bord de mer.

Plage du VeillonPlage du VeillonDune Du VeillonDune Du VeillonChevaux de friseCarte du Veillon