Petite biche

Non rien à voir avec la femelle du cerf. Ici il est question d’insecte, plus précisément d’un coléoptère, le Dorcus Parallelelipedus surnommé donc “petite biche”. Cet insecte de 3 cm fait partie de la famille des lucanes dont le plus grand représentant est le cerf-volant. Il se nourrit de bois en décomposition.

Celui-là s’est perdu dans ma maison, je l’ai remis dans le jardin où je lui est tiré le portrait sans problème vu qu’il se déplace très lentement. Lucane "Petite Biche"Lucane "Petite Biche"Lucane "Petite Biche"

Petites bêtes

Une petite série de photos d’insectes prises en “studio”. J’ai capturé toutes ces petites bêtes  dans mon jardin et elles sont remises dans leur milieu naturel après la séance de pose.

Pour commencer vous reconnaitrez la coccinelle, précieux insecte pour le jardinier car elle dévore les pucerons. Elle est présentée ici sur une fleur de lavande. CoccinelleNotre deuxième “modèle” est un Deraeocoris ruber. Cet insecte est une punaise, il mesure environ 7mm hors antennes. Comme la coccinelle précédente il pose sur une fleur de lavande.Deraeocoris ruberDeraeocoris ruberDeraeocoris ruberToujours sur une fleur de lavande notre modèle suivant est une jeune sauterelle de type Tylopsis lilifolia. Elle mesure à peine plus d’1 cm hors antennes.SautererelleSautererelleSautererelleLa bestiole suivante est aussi une punaise, c’est un Heterotoma planicornis. Il mesure moins de 1 cm et est caractérisé par ses antennes aplaties. C’est aussi un mangeur de pucerons. Il est présenté ici sur un fétu de pailleHeterotoma planicornisHeterotoma planicornisHeterotoma planicornisPour terminer cette série voici un insecte aussi prédateur de pucerons, le Chrysopa Perla. Ce très bel animal vert et bleu est surnommé le lion des pucerons. Il mesure un peu plus de 1 cm.Chrysopa perla

Au bord des chemins talmondais

Quelques petites rencontres ce matin au bord d’un chemin talmondais. En cette fin juin les insectes et autres papillons sont en pleine activité pour assurer la survie de leur espèce.

Tout d’abord une sauterelle qui se cache dans les herbes encore chargées de rosée.
SauterelleA quelques pas c’est un criquet sur une feuille d’épineux.
CriquetUn peu plus loin dans un passage humide une jeune libellule “Sympetrum striolatum” se pose devant moi.
Libellule Sympetrum striolatumEn sortant dans un secteur ensoleillé voici un papillon “Demi-deuil” qui butine sur une fleur de chicorée sauvage.
Demi-deuilDemi-deuilDes hespéries se délectent aussi du nectar de ces fleurs.
Hespérie

Cétoines dorées

Réchauffées par le soleil d’avril les cétoines dorées mangent avec voracité les étamines des fleurs de mon oranger du Mexique. Ces beaux coléoptères aux belles couleurs métalliques sont facilement reconnaissables. Ils adorent aussi les fleurs des rosiers c’est pourquoi ils sont aussi appelés “hanneton du rosier”. Les larves de cétoines ressemblant beaucoup à celles des hannetons, les vers blancs, sont souvent détruites par les jardiniers alors qu’elles ne font pas de dégâts dans le jardin.

Cétoine doréeCétoine doréeAccouplement de cétoines dorées
Accouplement de cétoines dorées

Hôtel à insectes

Guepe Nous avons installé depuis quelques temps avec mes enfants un hôtel à insectes dans notre jardin. Cette structure permet à différentes espèces de passer l’hiver à l’abri des intempéries. Coccinelles et perce-oreilles, qui sont de redoutables chasseurs de pucerons entre autres, trouvent ici protection. Abeilles et guêpes solitaires peuvent aussi s’y abriter ainsi que d’autres insectes.
Fabriqués avec divers matériaux naturels il est installé à l’abri des vents et orienté vers le sud. C’est juste notre petit coup de pouce à la nature et à la bio-diversité qui est bien maltraitée actuellement.

Hôtel à insectesinsectes

Mante religieuse (suite et fin….)

Revoilà la mante religieuse, enfin le résultat de son accouplement. Elle a pondu dans une sorte de boite à œufs appelée oothèque. Cette structure constituée de mousse durcie peut contenir 200 à 300 œufs. Les larves en émergeront au mois de mai ou juin. Mais c’est une autre histoire.

Oothèque de mante religieuseet pour finir une photo d’une autre mante religieuse découverte dans mon jardin. Celle-ci est verte.Mante religieuse verte

 

Grande sauterelle verte

En cherchant une mante religieuse j’ai découvert une grande sauterelle verte dans mes lavandes. Je vous ai déjà publié en 2012 un billet sur ce bel insecte. C’est la plus grande sauterelle que l’on peut rencontrer par chez nous. Cette fois ci il s’agit d’une femelle très reconnaissable à sa tarière lui servant pour la ponte.

Grande sauterelle verteGrande sauterelle verteGrande sauterelle verte

Mante religieuse (suite)

Finalement je crois que ma mante religieuse attendait un mâle (voir billet du 9 septembre). En effet ce week-end je l’ai retrouvé dans mes lavandes en compagnie d’un congénère. J’ai un peu joué le voyeur en prenant des photos de leur copulation qui a duré deux jours. J’ai guetté régulièrement pour voir si fidèle à sa réputation elle finissait par manger son partenaire. Mais ce dernier est parti sans se faire dévorer par la femelle. Il faut dire qu’elle n’avait pas l’air de manquer de protéines vu le nombre de bourdons qu’elle dévore.

Copulation de mantes religieusesCopulation de mantes religieusesCopulation de mantes religieusesCopulation de mantes religieusesCopulation de mantes religieusesCopulation de mantes religieusesCopulation de mantes religieuses