Randonnée du bourg de Talmont à la Guittière

Randonneur

Cette randonnée suit une boucle longeant la vallée du Payré entre le bourg de Talmont Saint Hilaire et les marais de la Guittière. Elle ne présente pas de difficultés mais elle fait un peu plus de 10 km donc prévoir 2h30 minimum de marche.

Rendez-vous sur le parking du Payré à Talmont Saint Hilaire où vous pourrez garer votre véhicule si besoin. Vous quittez le parking par sa sortie sud et vous remontez la rue du Marais Potet puis la rue du Marais. A hauteur du N° 29 de cette rue prenez le chemin sur votre gauche (panneaux sens interdit et voie sans issue). Ce chemin passe entre des jardins et la vallée puis devient un sentier en s’enfonçant sous les frondaisons. Vous ressortez dans un champ que vous longerez durant 200m avant d’atteindre un chemin plus important. Vous laissez ce chemin montant sur votre droite et vous vous engouffrez en face dans un petit sentier creux sous le couvert des arbustes. Cette sente ressort après 150m dans un nouveau chemin. Vous remontez la pente sur votre droite en traversant un agréable espace aménagé par la commune avec des plantations d’arbres et des petits ponts en bois. En haut de cet espace une belle mare accueille grenouilles et libellules.

Espace aménagé aux Ribandeaux

Continuez votre parcours en passant derrière la salle de sport et la salle des fêtes des Ribandeaux pour rejoindre la piste cyclable longeant la route de Talmont à Port Bourgenay. Vous passez sous le pont du contournement routier puis 200m plus loin vous prenez le chemin sur votre gauche qui semble revenir sur vos pas. Cette piste franchit un petit vallon, puis en haut de la petite côte prenez sur votre droite un agréable chemin traversant le bocage.

VallonAu printemps il est bordé de primevères, violettes et même d’orchidées. Attention ces dernières sont protégées donc pas question d’en faire un bouquet.

OrchidéeAvec un peu de chance et si vous ne faites pas trop de bruit vous pourrez débusquer un chevreuil dans les vallons et sous-bois.

Chemin creuxA la fin de ce chemin vous arrivez en face les marais et vous empruntez sur votre droite la petite route rejoignant le village des Eaux. Puis après la Malvoie vous redescendez vers les marais. Admirez le superbe chêne dans un pré sur votre gauche puis le pigeonnier dans les champs sur votre droite. Vous pouvez apercevoir aussi le moulin à pivot des Hautes Mers.

Pigeonnier

200 m plus loin quittez la route en prenant dans le virage le chemin sur votre gauche et vous vous dirigez vers le Payré et la nouvelle piste cyclable. Profitez de cette traversée des marais pour observer les nombreux oiseaux habitant cet espace naturel.
MaraisVous franchissez le Payré par une belle passerelle en bois puis remontez le coteau.
Passerelle de Cul d'Ane

En haut de la côte une belle vue sur les marais de la Guittière s’offre à vous. Prenez à gauche le chemin longeant la crête de la vallée du Payré d’où vous pouvez  voir le réseau de marais bordant le chenal.

Vallée du Payré

A un carrefour prenez de nouveau à gauche pour passer devant la ferme de la Bourie et regagnez la route de la Guittière. Vous traversez cette route pour emprunter des petites routes vous évitant la route principale.

Coucous sur le bord de la route

Mais à un moment il vous faut quand même longer cette route avec prudence surtout si vous êtes accompagné d’enfants. Vous repassez au-dessus du contournement routier puis 200m après le pont prenez la petite route à gauche qui vous redirige vers la vallée du Payré. En descendant vous aurez une belle vue sur le bourg de Talmont et son château médiéval. Au rond-point prenez à gauche, encore une centaine de mètres et vous retrouvez le parking du Payré.

Carte de la randonnée

 

La dune du Veillon recule II

Pour compléter mon premier article sur le recul de la dune du Veillon voici une photo de mon ami François Gaulier, pilote d’ULM, prise au-dessus du Veillon le 16 mars dernier à l’heure de la marée haute (coef 88). Ce cliché montre bien le retrait de la dune et le nouveau chenal creusé dans la plage.
Pour bien constater l’évolution vous trouverez en dessous une autre photo prise dans les années 1990 sous un angle approchant (reproduction d’une carte postale).

Vue du Veillon par François Gaulier

Reproduction d »une carte poste datant des années 1990
Carte postale du Veillon

La dune du Veillon recule

La dune du Veillon perdait de sa flèche depuis quelque temps mais la tempête Christine de la semaine dernière lui a porté un rude coup. Le recul est tel que l’un des enrochements qui se trouvait côté chenal se retrouve maintenant au milieu de la plage et un nouveau passage des eaux du Payré s’est formé.

Pour vous rendre compte de ce recul vous trouverez ci-dessous trois photos prises à peu près au même endroit. La première date de 2003, la deuxième a été prise durant la tempête Christine le  3 mars et la dernière aujourd’hui 9 mars.

La dune du Veillon en 2003La dune du Veillon le 3 mars 2014La dune du Veillon le 9 mars 2014

Tempête « Christine »

Fort coup de vent hier 3 mars 2014. La dépression nommée « Christine » est passée sur l’ouest de l’Europe et les côtes vendéennes ont subies les assauts des vagues formées par des vents très forts conjuguées à une marée de 112. La jetée ouest de Port Bourgenay à Talmont Saint Hilaire prenait de plein fouet les coups de butoir de la houle.

Voici quelques animations réalisées à partir de photos.

Tempête "Christine" à Port BourgenayTempête "Christine" à Port BourgenayTempête "Christine" à Port BourgenayTempête "Christine" à Port Bourgenayet en prime une petite vidéo

Grive musicienne

Depuis quelques jours un oiseau à peine gros comme un merle chante au faîte d’un frêne au bout du jardin. Son chant est mélodieux et très varié, on croit entendre le chant de différents oiseaux. Il s’agit d’une grive musicienne et elle porte bien son nom. En fin d’hiver le mâle émet son chant puissant à l’aube ou au crépuscule. La femelle construira au mois de mars dans un petit arbre ou un buisson un très beau nid pendant que le mâle continue à chanter.  Ce nid se caractérise par un intérieur formé par un torchis naturel d’humus et de terre lissé soigneusement par des mouvements de la poitrine de la femelle. Fin mars sera l’heure de la ponte, de 3 à 6 œufs bleus clairs tachetés de noir seront couvés pendant 2 semaines puis les oisillons seront nourris au nid pendant 2 semaines. Une deuxième couvée pourra suivre et même quelque fois une troisième.
La grive musicienne se nourrit d’insectes, de baies, de vers, de limaces et même d’escargots dont elle casse la coquille en la frappant sur une pierre.
Les populations de grives souffrent malheureusement de la chasse.

Grive musicienne

Une petite vidéo vous montrant un aperçu de la variété du chant de la grive musicienne.